logo Pierre AULAS
Extraits 2017 - Pierre Aulas
 Parcours  |   Réalisations  |   Cours  |   Chroniques  |   Divers
Céline
Minville
Geffroy

Extraits 2017

La météo tout de même… ça compte !… (mis en ligne le 3 janvier 2017)

CÉLINE (Louis-Ferdinand), Mort à crédit, Gallimard, coll. « Folio », 1999 (orig. 1936).

Un médecin examine un malade.

Gustin Sabayot, sans lui faire de tort, je peux bien répéter quand même qu'il s'arrachait pas les cheveux à propos des diagnostics. C'est sur les nuages qu'il s'orientait.
En quittant de chez lui il regardait d'abord tout en haut : « Ferdinand qu'il me faisait, aujourd'hui ça sera sûrement des rhumatismes ! Cent sous ! »… Il lisait tout ça dans le ciel. Il se trompait jamais de beaucoup puisqu'il connaissait à fond la température et les tempéraments divers.
– Ah ! voilà un coup de canicule après les fraîcheurs ! Retiens ! C'est du calomel tu peux le dire déjà ! La jaunisse est au fond de l'air ! Le vent a tourné… Nord sur l'Ouest ! Froid sur Averse !… C'est de la bronchite pendant quinze jours ! C'est même pas la peine qu'ils se dépiautent !… Si c'est moi qui commandais, je ferai les ordonnances dans mon lit !… Au fond Ferdinand, dès qu'ils viennent c'est des bavardages !… Pour ceux qui en font commerce encore ça s'explique… mais nous autres ?… au Mois ?… À quoi ça rime ?… je les soignerais moi sans les voir tiens les pilons ! D'ici même ! Ils en étoufferont ni plus ni moins ! Ils vomiront pas davantage, ils seront pas moins jaunes, ni moins rouges, ni moins pâles, ni moins cons… C'est la vie !… Pour avoir raison Gustin, il avait vraiment raison.
– Tu les crois malades ?… Ça gémit… ça rote… ça titube… ça pustule… Tu veux vider ta salle d'attente ? Instantanément ? même de ceux qui s'en étranglent à se ramoner les glaviots ?… Propose un coup de cinéma !… un apéro gratuit en face !… tu vas voir combien qu'il t'en reste… S'ils viennent te relancer c'est d'abord parce qu'ils s'emmerdent. T'en vois pas un la veille des fêtes… Aux malheureux, retiens mon avis, c'est l'occupation qui manque, pas la santé… Ce qu'ils veulent c'est que tu les distrayes, les émoustilles, les intrigues avec leurs renvois… leurs gaz… leurs craquements… que tu leur découvres des rapports… des fièvres… dse gargouillages… des inédits !… Que tu t'étendes… que tu te passionnes… C'est pour ça que t'as des diplômes… Ah ! s'amuser avec sa mort tout pendant qu'il la fabrique, ça c'est tout l'Homme, Ferdinand ! Ils la garderont leur chaude-pisse, leur vérole, tous leurs tubercules. Ils en ont besoin ! Et leur vessie bien baveuse, le rectum en feu, tout ça n'a pas d'importance ! Mais si tu te donnes assez de mal, si tu sais les passionner, ils t'attendront pour mourir, c'est ta récompense ! Ils te relanceront jusqu'au bout. Quand la pluie revenait un coup entre les cheminée de l'usine électrique : « Ferdinand ! qu'il m'annonçait, voilà les sciatiques !… S'il en vient pas dix aujourd'hui, je peux rendre mon papelard au Doyen ! » Mais quand la suie rabattait vers nous de l'Est, qu'est le versant le plus sec, par-dessus les fours Bitronnelle, il s'écrasait une suie sur le nez : « Je veux être enculé ! tu m'entends ! si cette nuit même les pleurétiques crachent par leurs caillots ! Merde à Dieu !… Je serai encore réveillé vingt fois !… »
Des soirs il simplifiait tout. Il montait sur l'escabeau devant la colossale armoire aux échantillons. C'était la distribution directe-gratuite et pas solennelle de la pharmacie…
 Vous avez des palpitations ? vous l'Haricot vert ? qu'il demandait à la miteuse. – J'en ai pas !… – Vous avez pas des aigreurs ?… Et des pertes ?… – Si ! un petit peu… – Alors prenez de ça où je pense… dans deux litres d'eau… ça vous fera un bien énorme !… Et les jointures ? Elles vous font mal !… Vous avez pas d'hémorroïdes ? Et à la selle on y va ?… Voilà des suppositoires Pepet !… Des vers aussi ? Avez remarqué ?… Tenez vingt-cinq gouttes miroboles… Au coucher !…
Il proposait tous ses rayons… Y en avait pour tous les dérèglements, toutes les diathèses et les manies… Un malade c'est horriblement cupide. Du moment qu'il peut se jeter une saloperie dans le cornet il en demande pas davantage il est content de se trisser, il a grand-peur qu'on le rappelle.
Au coup du cadeau je l'ai vu moi, Gustin, rétrécir à dix minutes des consultations qu'auraient duré au moins deux heures avec des précautions.

Écouter l'interprétation de Luchini en 1988 :

Haut de page

La diagonale du vide deviendrait tendance ? (mis en ligne le 2 janvier 2017)

MINVILLE (Benoît), Rural noir, Gallimard, coll. « Série noire », 2016, pp. 13-14.

Rue principale de Tamnay-en-Bazois.

Romain allait bientôt arriver à l'arrêt de bus de Tamnay-en-Bazois.
Les paysages familiers avaient défilé depuis la gare de Nevers sur cette route empruntée mille fois.
Paysages ruraux baignés dans le calme de la fin d'après-midi.
Dix ans qu'il était parti.
Il fut tout de suite assailli de souvenirs.
Il balança son sac sur son épaule, respira profondément.
Le car reprit sa marche. En ligne de mire, il eut cette vision de la commune figée dans le calme. Le bourg fendu en deux par l'asphalte s'étendait des deux côté de la départementale et se mêlait à la nature.
Rien n'avait changé :
À côté de la vieille gare de treillage (sic), la sellerie abandonnée était gagnée par la rouille et son toit en ardoise menaçait de s'effondrer. Deux poteries construites dans d'anciens corps de ferme étaient ouvertes. Une seule voiture était garée sur les places de stationnement. Il traversa la voie de chemin de fer désaffectée qui leur avait si souvent servi à partir en virée et à rentrer chez eux, à son frère et lui. Plus bas, le lavoir était toujours fleuri, à quelques mètres de l'auberge des parents de Vlad, aujourd'hui fermée.
Il remarqua qu'un café sur les trois existants avait survécu.
Monopole des gosiers et de l'animation locale. Un écriteau « Bienvenue » avec sa peinture écaillée invitait à pousser la porte et à affronter les regards des enracinés.
À deux pas, le cellier encore en activité, celui où il allait toujurs chercher le vin de table du père, tout en s'octroyant une ou deux gorgées.
Un tracteur passa à ses côtés et, dans un réflexe conditionné, il le salua d'une main levée. Il se savait déjà sous le regard de quelques habitants cachés derrière leurs rideaux. Impossible pour eux de reconnaître dans cet homme aux cheveux ras, vêtu de jean des pieds à la tête, le jeune Romain « de Mouligny », le gamin qui vivait sourire aux lèvres dès qu'il n'était pas obligé de rester assis dans une salle de classe.
Avant de retrouver son frère, il décida d'arpenter le village. Il découvrit (…) la petite place du marché entourée de bâtisses baignées dans le calme, avec sa cabine téléphonique. De là, il avança le long de la rivière, mains dans les poches. Le niveau était bas, de quoi passer des heures la ligne dans l'eau sans la moindre touche. Un hiver de grand froid, ils s'étaient amusés à patiner dessus.
Le clapotis était reposant. Un vol de tourterelles quitta un bosquet derrière lequel s'élançait un champ occupé par un troupeau de charolais.
Pas mal de panneaux « À vendre », des volets clos.
Il eut alors ce sentiment de se sentir de nouveau chez lui.

Haut de page

Un témoignage de première main. (mis en ligne le 2 janvier 2017)

GEFFROY (Stéphane), À l'abattoir, Seuil, coll. « raconter sa vie », 2016, pp. 23-25.

Témoignage passionnant d'une personne dans le métier depuis 25 ans.

Rembrandt, Le bœuf écorché, Louvre, 1655.

La tuerie, c'est un monde à part. Dans la boîte, on est tous habitués à prononcer ce mot de manière banale. Mais quand on l'emploie devant des personnes extérieures, des amis ou des gens qu'on rencontre, on voie bien que ça les effraie. Il leur fait froid dans le dos et leur évoque des images insupportables. Et on les comprend ! Peu de personnes rentrent à la tuerie sans que ce soit pour elles un choc. D'ailleurs, ce n'est pas un endroit qui se visite. Et il est interdit d'y prendre des photos, comme si tout ce qui s'y passait devait rester secret. C'est pourtant là que les bêtes sont transformées en nourriture pour les hommes. Les plus grosses à Liffré : des bœufs, et aussi parfois des taureaux. Les veaux, les porcs, les moutons sont eux traités à Vitré ou à Trémorel, les deux autres établissements du groupe.
Être affecté à la tuerie, c'est d'abord devoir travailler à la chaîne. Une trentaine de postes s'y succèdent, de la mise à mort de l'animal arrivé sur pied à la sortie de carcasses dégraissées prêtes à partir directement en boucherie ou à être découpées en morceaux à l'atelier de désossage. La dénomination technique de ces opérations est parlante : anesthésie des bovins, affalage, saignée, découpage des cornes et des sabots, tranchée des museaux, parfente arrière, ablation des têtes, dépouille des têtes, ablation des langues, dépouille des langues, dépouille des flancs, des globes, de la poitrine, émoussage des avants et des arrières, éviscération abdominale et éviscération thoracique, dégraissage interne, finition du sternum, fente d'ensemble, parage des saignées, aspiration de la dure-mère, finitions. Le travail se fait en quelques grandes étapes : les bœufs sont suspendus par une patte à un crochet après avoir été tués, puis les têtes et les sabots sont coupés après la saignée, ensuite le cuir est enlevé, la bête vidée et dégraissée, avant que la carcasse soit sciée en suivant la colonne vertébrale, le tout finissant avec deux grands quartiers prêts à être envoyés en boucherie ou détaillés sur place. Dans ce processus de transformation, presque rien n'est perdu. Les poumons seront utilisés pour la fabrication des croquettes pour chats et chiens ; une fois bien dégraissé, le cartilage de la trachée fera le bonheur des Chinois et des Japonais ; réduits en poudre, les cornes et les sabots se retrouveront dans les plaquettes de frein ; très moussante, la bile sera vendue aux fabricants de shampoing ; les laboratoires pharmaceutiques s'arracheront les calculs trouvés dans les vessies ; sans parler bien sûr du cuir ou du gras aux multiples usages. Quand on y pense, on a l'impression d'être au cœur du monde. Il y a partout des traces de notre boulot, alors que nous sommes enfermés entre les quatre murs de notre petit abattoir du pays breton. Ça veut dire aussi qu'on fait quelque chose d'important et d'utile à tout le monde.

Haut de page

Nul n'est censé ignorer la loi :

D'un point de vu juridique, sachez que vous êtes autorisé à diffuser des passages littéraires d'auteurs vivants ou décédés au titre du droit de citation (qui suppose que vous mentionnez auteur, titre, lieu d'édition, maison d'édition, date d'édition).
La longueur d'une citation n'est pas définie par la loi mais fait l'objet de la part des éditeurs d'un consensus qui varie de 7/8 lignes à 1/2 pages.
En tant qu'auteur je suis d'avis que la diffusion d'extraits d'un ouvrage est le meilleur moyen de le faire connaître et donc de le faire vendre.
En diffusant des extraits vous rendez service à la culture et vous permettez l'enrichissement relatif de l'auteur (10%), assuré de l'éditeur (35%), et très confortable du distributeur (45%). Sans compter les 19,6% qui reviennent à notre Leviathan bien aimé.

Haut de page
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits  |  Aide